Conducteur d’engins agricoles

Les métiers qui recrutent sur le territoire du Calaisis

header-pc-3

Conducteur d’engins agricoles

Les métiers qui recrutent sur le territoire du Calaisis

Le conducteur ou la conductrice d’engins est un professionnel des gros travaux d’aménagement et de production agricole ou forestière. Il pilote des engins de chantier mécanisés extrêmement spécialisés, dont il assure l’entretien et la première maintenance.

Le métier

Le conducteur d’engins agricoles assure la conduite des machines agricoles et de leurs équipements. Il veille également au bon fonctionnement des matériels.
Dans le domaine de l’exploitation agricole ou forestière, le conducteur d’engins est celui qui intervient en premier pour préparer le sol et les surfaces.
Chargé de dégager le terrain, il s’occupe alors du “gros boulot”. Par exemple, il défriche une jachère ou des espaces envahis de taillis pour qu’ils puissent être mis en culture.
Le conducteur d’engins conduit aussi bien un épandeur d’engrais ou un pulvérisateur qu’un tracteur, une moissonneuse-batteuse ou une ensileuse. Il intervient donc en amont du labour, mais aussi lors de la récolte et lors du premier traitement.
Avant un chantier, le conducteur d’engins vérifie l’état de ses machines, dont il connaît parfaitement le fonctionnement : état des pièces, des articulations et des arbres de direction, graissages. Il est capable de procéder à des réparations si nécessaire.
En sylviculture (gestion, exploitation et entretien de la forêt), il utilise une débroussailleuse, nettoie les parcelles, broie les débris végétaux, enfouit les souches ou les déchiquette avec une pelle mécanique. Il utilise une abatteuse pour procéder aux coupes d’arbres et à l’ébranchage, puis il effectue le débardage, qui consiste à transporter les grumes (troncs débarrassés des branches) jusqu’au lieu de stockage, avant le départ en scierie ou l’immersion pour acheminement en rivière. Enfin, s’il replante, c’est lui qui procède aux semis.
Que ce soit en exploitation forestière ou en agriculture, le métier est soumis aux aléas climatiques et aux impératifs saisonniers (semis, moissons, reboisements, chute des feuilles…). Les jours et horaires de travail peuvent donc être décalés et irréguliers. Lors des moissons, par exemple, le travail de nuit est fréquent.
En outre, le métier n’est pas sans risques physiques, surtout en forêt, en raison des dangers liés à l’abattage, au poids et à l’instabilité des grumes lors du transport. Enfin, le travail s’effectuant en équipe, le conducteur d’engins est rarement isolé.
La tendance d’aujourd’hui dans les grandes exploitations est à la programmation et au pilotage automatique des engins.
Les employeurs des conducteurs d’engins sont les CUMA (coopérative d’utilisation de matériel agricole), des collectivités locales, des propriétaires privés ou l’ONF pour les travaux forestiers.

Études / Formation

Les formations professionnelles sont nombreuses.

Exemples de formations :

niveau CAP

  • CAP maintenance des matériels option matériels agricoles
  • CAP agricole métiers de l’agriculture,

niveau bac

  • Bac pro agro-équipement

niveau bac + 2

  • CS (certificat de spécialisation) PMATMHAT – pilotage de machines agricoles  et travaux mécanisés à haut technicité

Salaires

Entre le S.M.I.C. et 1 600 € brut mensuels, selon le niveau de qualification, pour un conducteur d’engins agricoles ou forestiers débutant.

Évolutions de carrière

Dans une équipe importante, le conducteur d’engins peut se spécialiser dans le pilotage d’un type d’engins spécifique. Il peut devenir chef d’équipe.
Avec de l’expérience et/ou un surcroît de formation (notamment en gestion et organisation de chantiers), il peut créer sa propre entreprise de travaux forestiers ou agricoles.